Manifestons le 11 octobre 2011

La règle d’or, c’est la répartition des richesses

Ils jonglent avec les milliards et nous contraignent à compter au centime prés….

D’une part : Cadeaux fiscaux aux gran-des entreprises, Cadeaux fiscaux aux plus riches, Scandales financiers, Corrup-tion au plus haut niveau de l’État, Pantouflage systématisé, népotisme, clientélisme, égoïsmes exacerbés, ren-flouage des banques,
tripatouillage juridi-ques : indemnisation de Tapie et consort, durcissement des politiques sécuritaires, toujours plus de fichage des plus pauvres, abandon au secteur marchand de pans entiers du service public aux copains et aux coquins, main mise sur la presse, la télé…

D’autre part: contre-réforme des retraites, accès aux soins remis en cause pour les plus fragiles d’entre nous, taxation des mutuelles, hausse de la taxation des produits de consommation courante, augmentation des prélè-vements obligatoires sur nos salaires, gel du point d’indice, suppression de postes, moins de service public, casse du statut, abandon de la solidarité nationale au profit de la charité, augmentation de l’énergie, essence, gaz, électricité…

La politique au service d’intérêts particuliers conduit lentement mais
sûrement la majorité des citoyens à la misère
 : salariés au SMIC,
salariés à temps partiel non choisi, retraités, étudiants, sans emplois :
tous victimes de la recherche du profit maximum de ceux qui nous gouvernent au
plus haut sommet de l’État. Les banquiers, les spéculateurs,
le MEDEF sont des ogres insatiables…leurs références : le CAC 40, le
NASDAQ, le milliard… pour que certains puissent s’acheter des palaces flottants à un million d’euros le mètre linéaire, il faut bien que les serfs que nous sommes acceptent de travailler pour rien ou presque !

Que ceux qui se gobergent sur nos dos commencent à trembler : ils sont allés trop loin
dans l’indécence et l’insolence !

La politique pour faire vivre la démocratie nécessite : probité, hauteur d’esprit, bon sens, culture, conscience, scrupule et le sens de l’intérêt général . Visiblement, il n’y a pas cela
en magasin à l’Elysée et à Matignon.

Aussi, il est nécessaire de rappeler à ceux qui nous gouvernent et aux financiers qui tirent les ficelles que nous en avons plus qu’assez de cette politique, que le bien-être du plus grand nombre est une exigence.

Nous ne sommes ni déprimés, ni excités : nous sommes en colère !

Alors, tous ensemble, le 11 octobre, soyons dans la rue pour dire à ces tristes sires que
le Tiers État n’a pas dit son dernier mot…

L’endettement public doit être épongé par ceux qui en ont profité :

► Taxation des transactions bancaires,

► Réforme fiscale : taxation des revenus du capital, nationalisation des banques renflouées par les deniers publics,

► Augmentation des salaires : pas un salaire en dessous de 1600 euros net pour le secteur public et privé.

► Augmentation du point d’indice pour les fonctionnaires et prise en compte de la cherté de la vie ,

► Création massive de postes dans la fonction publique : à l’école, à l’hôpital, dans les crèches, dans les maisons de retraites… les besoins sont immenses, la qualité de nos vies
en dépend.

► Remboursement des
subventions et autres cadeaux fiscaux aux entreprises qui délocalisent…

► Interdiction aux exilés fiscaux d’intervenir politiquement, publiquement,( footballeur, as du volant ou autre pousseur de chansonnette…) jusqu’à ce qu’ils contribuent au développement national…

Il s’agit aujourd’hui de permettre à tous de vivre dignement : se nourrir, se vêtir, se loger, s’éduquer… le premier objectif est là.

Nous sommes en droit de savoir où sont passés ces
fameux milliards, qui en a profité, qui en vit ?

Un partage des richesses produites est inéluctable, nous ne nous résignerons pas à être des éternels sacrifiés, à faire de nos enfants des variables d’ajustement réduits à devenir des « journaliers » comme au temps maudit où la protection sociale restait à inventer.

L’intersyndicale nationale a décidé une journée de mobilisation interprofessionnelle, pour l’Union syndicale Solidaires comme pour la fédération SUD Collectivités Territoriales, revendiquons nos exigences légitimes.

Manifestons le 11 octobre !

NANTES

PLACE DU COMMERCE

A 11 heures

préavis de grève 11 Octobre 2011

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s