Retraites : on continue encore et encore, grève et manifestations les 14, 15 et 16 janvier !

Retraites : on continue encore et encore !                                         grève et manifestations les 14, 15 et 16 janvier !

Grève 14, 15 et 16 janvier

Philippe fait semblant de reculer pour permettre à Berger de rentrer ses moutons.Mais le projet du gouvernement reste inchangé. L’intersyndicale SUD-Solidaires, CGT, FSU et FO appelle donc à continuer la mobilisation par la grève et les manifestations.

La plupart des travailleurs l’ont compris : cet « âge pivot » est un leurre.

Par lettre du 11 janvier, le 1er Ministre déclare retirer l’âge pivot à 64 ans, mais le temps seulement d’une conférence sur le financement des retraites, tout en blo- quant son issue : aucune augmentation de cotisation ne saurait en découler ! Et le projet de loi conserve la notion d’ « âge d’équilibre », qui vient s’y substituer. Joli tour de passe-passe !

Cette réforme des retraites à points s’inscrit dans une logique libérale comptable et budgétaire dans laquelle les retraites deviennent une variable d’ajustement des dépenses publiques, ce que confirme l’article 1 du projet de loi qui affirme que le système « universel » de retraite « doit répondre à un objectif de soutenabilité économique et d’équilibre financier ». Il liquide par le fond le système des pensions des fonctionnaires.

La pension minimale ne sera pas attribuée à celles et ceux qui n’auront pas atteint l’âge d’équilibre, outre une carrière complète de 43 ans. Égale à 85 % du smic, soit 1 000 euros, elle est de surcroît inférieure au seuil de pauvreté qui est fixé à 60 % du salaire médian soit 1 046 euros.

Les femmes sont perdantes. Elles n’auront que l’attribution de quelques points au titre du temps partiel, ou du congé parental. La prise en compte de la carrière complète de 43 ans au lieu des 25 meilleures années (contractuel-les de droit public) ou des six derniers mois (fonctionnaires) les pénalisent particulièrement, puisque ce sont les femmes qui ont des carrières hachées, et qui évoluent plus lentement que celles des hommes. Les majorations de durée d’assurance pour enfants dont bénéficiaient les femmes sont supprimées et s’y substitue une majoration de points de 5 % par enfant, à partager entre les conjoints (article 44), ce qui ne garantie en rien leur futur autonomie financière (si le couple se sépare et que les 5 % avaient été attribué à monsieur). La pension de réversion des femmes divorcées est purement et simplement supprimée.

Cette réforme paupérise les retraité-es et les futur-es retraité-es, et les plonge dans l’incertitude.

Grève 14, 15 et 16 janvier à Nantes

Cet article a été publié dans Infos SUD département 44. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s